INTRA
C'EST EXTRA
ENCYCLOP'EVRY
LE PROF
CONTACT
ACCUEIL

 

CLASSE

 

 

La direction d’orchestre et d’ensemble

Quelle formation pour quel chef ?

Que doit-on apprendre ?

Que peut-on apprendre ?...

 

Définir les qualités souhaitées et les compétences requises, cibler le milieu d’intervention des futurs chefs, c’est définir les objectifs d’un enseignement nécessaire.

L’opinion des étudiants

Autoritaire, despotique, démagogique, commercial ? Et si le conducteur de l’orchestre était compétent ? C’est quoi « être compétent » ?
C’est, par exemple, de faire un « AGP » pour une Atempause après une G. P. alors qu’un « Un et » peut suffire, mais qu’il est nécessaire de bloquer pour donner un nouveau tempo, et que « tenuto » à la timbale dans la 104 de Haydn est certainement une erreur d’édition.

Christophe Grapperon, 1998

Las de quinze ans de tâtonnements autodidactiques, j’arrivai au cours avec des valises de questions techniques. On me répondit « musique ». Bon... Je me risquai alors à poser des questions « musique ». Et j’obtins ainsi les premières réponses à mes questions techniques.
Qu’est-ce que le cours de direction d’orchestre ?
L’endroit où l’on apprend à se poser les bonnes questions.

Laurent Goossaert, 1998

Acquérir une maîtrise du geste et un vocabulaire
Apprendre à interroger une partition
Approfondir ses connaissances musicales, analytiques, stylistiques
Rencontrer des musiciens professionnels de haut niveau pour partager des expériences, échanger des points de vue
Faire l’apprentissage de l’exigence dans le travail

Jean-Sébastien Veysseyre, 1998

Une classe où le travail et la musique se marient dans une atmosphère studieuse et de perpétuelle recherche musicale par la maîtrise du geste et de la technique gestuelle qui permettent d’approcher une première ébauche d’interprétation.
Après quoi, l’apport de conseils, l’œil de la caméra et l’expérience de l’estrade apportent les éléments indispensables à la progression.

Pascal Romano, 1998


« La direction d’orchestre ne s’apprend pas » disent de concert les mauvaises langues et les bons auteurs. Alors pourquoi ne pas venir chez Nicolas Brochot et s’apercevoir qu’un geste efficace, une conscience juste des tempos, une attitude attentive et interrogative face à des partitions s’apprennent ! En bref, qu’un maître consciencieux et conséquent vous apprend tout... hormis, le génie, bien sûr, mais c’est une autre histoire.
Philippe Allée, 1998

Qu’elle nous soit « connue » ou inconnue, la musique que l’on étudie en classe de direction d’orchestre est toujours comme neuve. C’est à la manière d’un Colombo que l’on essaye de déceler ce que nous livre une partition : c’est avant tout une forme de respect pour la partition, le compositeur, le musicien et l’auditeur. Il nous faut alors apprendre à communiquer notre perception - qui doit être cohérente - de la partition à l’aide de gestes, certains codés et d’autres qu’il nous appartient de chercher.
Nicolas Sansarlat, 1998


Plus qu’une classe de Direction d’orchestre, je dirais une façon de voir les choses et de les vivre.
Certes après toutes ces années de sommeil le réveil est brutal et parfois douloureux mais ô combien vivifiant et réparateur !
La Classe de Nicolas Brochot représente, hormis la direction à proprement parler, tout ce que vous auriez dû savoir et que l’on ne vous a jamais appris, à commencer par l’humilité.
Les vieilles croyances s’effondrent et les bonnes questions voient le jour et vous projettent bien au-delà du simple cadre musical.
Alors il n’est pas difficile de comprendre le plaisir et la hâte qui nous habite.
Vivement lundi !

Serge Reynier, 2000

La Direction d’orchestre, pourquoi ?
Remise en cause de toute une façon de « vivre », voilà sans doute un des aspects les plus marquant après une année dans la Classe de Nicolas Brochot.
On apprend à englober comme un tout Pensée-geste-action.
La pensée replace la musique dans un véritable contexte artistique et esthétique, nous encourageant vers un savoir humaniste.
Seule la netteté d’un geste permet le passage de cette information.
Mais la réponse à notre geste, l’aboutissement, confirme ou pas notre travail, nous permet d’aller plus loin.

Rondy Torrès, 2000

On dirait que Nicolas Brochot s’amuse au fur et à mesure de notre apprentissage de chef a nous tendre de multiples pièges dans lesquels nous tombons tous la plupart du temps, non pas pour que nous n’y tombions pas à nouveau — ils sont partout, à chaque nuance, à chaque mesure ! — mais bien pour que nous apprenions à en sortir.
Diriger c’est prendre des décisions essentiellement avec ses connaissances, mais aussi avec sa sensibilité, ses tripes, ses oreilles, avec ce que les musiciens proposent, ce qu’il est possible de faire, ses rêves, ses propres failles. Et comment faire pour que néanmoins l’interprétation ne sonne pas « tiraillée » mais logique, sincère et en même temps sensible.
L’apprentissage de la Classe de Nicolas Brochot c’est d’acquérir un maximum d’outils pour ne pas partir dans la musique en sourd ou en aveugle, avec des qualités humaines et des idées claires. Et tout cela s’apprend... sauf l’envie de « partager » qui, elle, doit exister avant tout le reste.

Jérôme Hilaire, 2000

Lieu de travail et de réflexion, la classe de direction d’orchestre de Nicolas Brochot nous place devant nos responsabilités musicales, professionnelles et artistiques :
connaissances des œuvres, contexte historique, analyse, style, prise de conscience des différents éléments nécessaires pour une bonne exécution.
Dans une remise en question nécessaire de nos acquis, elle apporte un autre regard sur la partition quelle qu’elle soit, et nous place non seulement face à l’orchestre, mais surtout à nous mêmes dans un souci constant de progression.
Dans le respect des personnalités de chacun, elle nous aide à combler nos lacunes, forger notre conscience musicale ainsi que notre technique nécessaire pour cet accomplissement.

Christophe Boissière, 2001

"Glissons-nous dans la peau de l'inspecteur gadget, à la recherche de la gogogadgeto vérité.
Mais il nous faut des infos!
L'indique Nicolas va-t-il donner des réponses?
Et bien non, car il faut se poser les bonnes questions!
Doux mélange entre sensibilité et rigueur ; subtile alchimie entre espace-temps et une dynamique et entre couleur, sensibilité émouvante de l'interaction des sons.
Et bien oui, nous sommes effectivement à la recherche de notre interprétation face à la musique tout en nous épanouissant mutuellement et physiquement."
(Auteur anonyme)

 

 

ACTUALITE

 

STAGE

 

PRATIQUE

 
INTRA
C'EST EXTRA
ENCYCLOP'EVRY
LE PROF
CONTACT
ACCUEIL