vous êtes : ACCUEIL/PMU/FINANCEMENT

Le PMU: c'est aussi le financement de toute la filière hippique en France qui génère 67 000 emplois.

Quand vous pariez, une partie du montant de votre pari sert à payer les gains des gagnants (sur 100 € pariés, 74 € vont aux gagnants). Restent 26 € qui, en plus du prélèvement de l'Etat (12,2 €), serviront à financer le fonctionnement du PMU, les partenaires étrangers et les sociétés de courses.

Mais pour pouvoir faire courir des pur-sang, vous vous doutez bien que tout un secteur économique est mis en branle : entre la saillie d'une poulinière par un étalon soigneusement sélectionné, et le moment où le pur-sang prend sa retraite, de multiples métiers interviennent :

  • dans les points de vente PMU : 16 160 emplois pour prendre les paris.
  • dans les centre équestres : 21 860 personnes (propriétaires de centres, cavaliers, et autres salariés).
  • dans l'élevage : éleveurs, étalonniers, palefreniers, et postes administratifs cumulent 9 000 emplois.
  • 5700 personnes œuvrent dans les sociétés mères, les haras nationaux, au siège du PMU et sur l'hippodrome, pour l'organisation et le contrôle des courses.
  • 5600 personnes dans les écuries de courses : lads, apprentis, garçons de voyage, etc
  • 3550 emplois non agricoles des maréchaux-ferrants, des vétérinaires, marchands de chevaux, courtiers, etc
  • 5130 emplois indirects dont près de 1/3 dans la boucherie, 350 dans la presse (écrite, télévision, internet, radio), 300 dans le secteur de l'alimentation équine, 200 dans la fourniture d'équipements destinés à l'activité hippique, et aussi dans l'enseignement et la formation, etc…

ce que représente l'economie equestre (journal le monde)