photo Juan  Miguel  Morales

Ce chanteur engagé est né en 1948 à Verges, un petit village catalan sous le franquisme.
Etudiant, il découvre un groupe d'intellectuels qui résistent au génocide culturel que font subir les espagnols aux catalans : la lutte politique est désormais menée à travers la chanson.
Le premier concert de Lluis a lieu en 1967. Connu du public un an plus tard, il crée une chanson, L'Estaca, chant d'espoir et de lutte contre le pouvoir autoritaire, qui va devenir l'hymne catalan de résistance au fascisme, bien qu'interdit. Les concerts se multiplient malgré les censures et les interdictions de la police. Recherché, il fait l'objet d'une interdiction de chanter et doit s'exiler de 1971 à 1976, à Paris. Il se partage entre l'Amérique Latine et l'Europe et enregistre des albums.
Après la mort de Franco, il se produit à Barcelone dans des concerts monstres réunissant cent mille personnes, se terminant en manifestations antifascistes et autonomistes. Les albums se succèdent, avec l'aide de synthétiseurs et d'informatique musicale, explorant des sonorités nouvelles mais employant aussi les instruments typiques du bassin méditerranéen, avec un vif intérêt pour les différentes formes de polyphonies.
En 1997 paraît en France une compilation de son œuvre ; une émission de télévision lui est consacrée. Tournée mondiale et tournée française alternent.
En 1999, une Anthologie de quatre disques, chez East West, retrace les plus beaux moments de la carrière de ce chanteur catalan qui a produit une vingtaine d'albums de 1968 à 1999.


blackwater
programme